Les systèmes de communication autorisés à moto

Depuis 2015, l’utilisation de certains dispositifs de téléphonie comme le téléphone et les kits mains libres est strictement interdite, ceci afin de limiter les risques d’accidents sur la route. Les motards doivent ainsi s’en tenir aux casques de moto avec bluetooth intégrés et aux kits intégrés. Focus sur ces nouvelles solutions de communication aux multiples avantages.

Les lois entourant l’usage de son téléphone à moto

 

Les motards qui utilisent encore les kits mains libres filaires ou leur téléphone lorsqu’ils sont au guidon peuvent désormais encourir une amende pour non-respect de la loi. En effet, selon l’article R. 431-1 du Code de la route, seuls les systèmes intégrés dans les casques de moto comme le sont les casques de moto à Bluetooth et les kits intégrés qui ne nécessitent pas la prise en main d’un dispositif d’activation seront acceptés. Là encore, l’utilisation de ces types de systèmes doit respecter certains impératifs et ne doit pas gêner le motard qui doit pouvoir garder sa concentration sur la route et être en mesure d’effectuer les manœuvres usuelles.

Si l’on sait que l’utilisation en masse d’écouteurs et d’oreillettes pour la musique et les discussions téléphoniques compte parmi les premières sources d’accidents, l’on comprend mieux la mise en place de ce nouvel édit. Les statistiques démontrent en effet que la plupart des chauffards et les motards qui sont en cause dans des accidents ont eu un moment d’inattention. En effet, lorsqu’on a le portable vissé à l’oreille, on perd en vigilance, on fait moins attention à l’environnement extérieur et on a tendance à zigzaguer sur la route, créant ainsi bien souvent des accidents. À moto, le risque est deux fois plus dangereux, car le motard ne réagit plus de la bonne manière, il ne vérifie plus les angles morts, n’écoute qu’à moitié les klaxons et il n’est pas rare qu’il passe à la vitesse supérieure sans s’en rendre compte. Résultat : le risque d’accident est bien réel et les conséquences peuvent être tragiques aussi bien pour le motard que pour les autres.

Quels sont les dispositifs acceptés à moto ?

 

Aussi, le recours aux intercoms qui s’accrochent par un système de velcro au casque ne sera pas retenu, tout comme les écouteurs filaires dont l’activation en cas d’appel nécessite de lâcher le guidon pendant quelques secondes. Ces quelques secondes peuvent être fatales au conducteur et sont donc à proscrire. Avec le système Bluetooth intégré au casque de moto, le motard peut téléphoner en toute sécurité, mieux communiquer avec son passager si celui-ci porte également le même équipement, écouter les instructions du GPS et écouter de la musique stockée sur son téléphone portable ou son lecteur mp3.

Les fabricants ne tarissent pas d’inventivité pour proposer les meilleurs systèmes qui allient confort d’utilisation, sécurité et efficacité. On retrouve ainsi sur le marché divers systèmes innovants comme des kits intercom dont le volume augmente avec la vitesse de la moto ou encore des kits qui s’activent par commande vocale.  Dans tous les cas, tous les systèmes filaires sont déconseillés, car en plus d’encombrer le motard, ils ne sont pas toujours pratiques. Avec un casque de moto à Bluetooth, les risques d’interférences sont réduits et comme elle est directement intégrée au casque, on gagne en praticité et surtout, on gagne en efficacité.